L’utilisation du couteau Santoku, le polyvalent

Le couteau Santoku japonais est reconnu dans le monde pour son efficacité étant donné qu’il tient ses origines des anciennes cultures comme le katana, la lame et le samouraï. Le principe du couteau Santoku se base sur la demande des anciens guerriers japonais qui étaient à la recherche de katana et de sabre plus tranchant. Le terme Santoku prend la signification des trois tâches réalisées par un cuisinier, notamment ciselé, tranché et émincé.

Santoku, un couteau polyvalent

Le Santoku est généralement utilisé pour émincer les légumes, par contre sa lame reste assez longue et haute pour découper du poisson ou de la viande. Le mot Sandoku signifie “légume-poisson-viande”, d’où ses trois vertus qui sont commercialisées par la société Chroma en début des années 2000. Pour que le couteau soit efficace, il doit posséder une excellente courbure et une arête de coupe mince pouvant atteindre 10 à 15°.
On peut retrouver la forme de cette lame sous plusieurs gammes. Le Sandoku dispose aussi de deux dimensions, la normale avec une lame de 18 cm et le petit accompagné d’une lame courte. Par conséquent, le Sandoku devient un meilleur ustensile par rapport au couteau-chef, car il est un vrai standard pour les Japonais.

La place du Santoku en France et en Europe

Bien que la France n’ait pas contribué à la création du nom ou de la forme, le couteau japonais a été rendu populaire par les Français. Au départ, le marché français était dominé par les couteaux éminceurs avec 20 cm de lame. Les autres fabricants ne possédaient aucun Santoku parmi la gamme présentée sur le marché, mais 10 ans plus tard le modèle est classé dans les incontournables.
Actuellement, on peut observer des catalogues de deuxième génération qui ne possèdent plus l’inspiration de l’ancienne tradition japonaise. Ce phénomène provient de la non-compréhension de la géométrie réclamée particulièrement par le couteau.

À quoi sert le couteau Santoku ?

Le couteau japonais Santoku est populaire dans les cuisines françaises puisqu’il s’avère être idéal pour les diverses découpes. Ce couteau se caractérise par la fiabilité, l’efficacité et la robustesse pour découper la viande, le poisson et les autres légumes. Il permet de travailler plus rapidement grâce à une forme en courbe et une lame alvéolée.
Les aliments sont parfaitement coupés et ne s’accrochent pas sur la lame à cause d’un mouvement de balancier. Le cuisinier pourra effectuer plusieurs tâches avec l’usage du couteau Santoku à lame haute. Les légumes, la viande et le poisson ne présentent aucune résistance face à cet ustensile.